Étiquettes

, ,

Blason d'Eréac

Blason d’Eréac

Comme j’ai pu le dire dans certains billets et comme on peut le voir au travers de mon blog consacré aux poilus d’Eréac, j’ai un attachement pour ce petit village des Côtes d’Armor. Donc, pour tous ceux qui ne le connaissent pas je vous invite au voyage sur les traces de mes ancêtres maternels.

Eréac (Erieg en breton) est une commune des Côtes d’Armor (anciennement Côtes du Nord) situé à peu près à mi-chemin entre Rennes (Ille et Vilaine) et Saint-Brieuc (Côtes d’Armor).

Il semblerait qu’Eréac soit une ancienne paroisse primitive d’origine gallo-romaine. L’église est mentionnée dès 1330 dans un compte des bénéfices du diocèse de Saint-Malo et son recteur est cité en 1405 dans une liste d’arrérages du Saint-Siège.

Eréac - La rue de Merdrignac

Eréac – La rue de Merdrignac

En 1482, la seigneurie passe dans la famille de Villeblanche par l’intermédiaire de Catherine du Chastelier, puis au siècle suivant dans la famille de Montmorency.

L’ancienne paroisse dépendait du doyenné de Plumaudan, au diocèse de Saint-Malo. Elle avait sur subdélégation Lamballe et pour ressort royal de Jugon.

Jusqu’en 1790, Eréac est sous la juridiction des sires du Châtelier d’Eréac. L’un d’entre eux est cité en 1352.

Eréac est mentionnée comme paroisse dès 1440 (dans les lettres du duc Jean V). Cette paroisse appartient sous l’Ancien Régime, au diocèse de Saint Malo. Durant la Révolution, la paroisse dépend du doyenné de Broons. La première municipalité est élue au début de 1790.

Au cours des évolutions cette commune a connu des variations dans son appellation. Yriac en 1330, Eréac en 1352 puis de nouveau Yriac en 1388, Yrreac en 1405, Irriac en 1407 et Eréac en 1451.

Le blason d’Eréac « D’or au chef de sable, chargé d’un lambel d’argent » vient de la famille Le Chastelier, anciens maîtres des lieux.

Eréac est une commune qui comptait, en 2011, 659 habitants mais sa population tend à décroître depuis quelques années. C’est en 1911 que cette commune le nombre d’habitants y était le plus important comme en témoigne cet histogramme.

évolution démo éréac

Eréac a vu naître la majorité de mes ancêtres maternels dont François QUERSANTE ( ou KERSANTE), mon sosa 96, le 23 Janvier 1738, fils de Pierre et Françoise FORCOUEFFE. François KERSANTE deviendra plus tard notaire d’Eréac et procureur de Beaumanoir-Limoëlan en 1740.

Acte de Baptême de François QUERSANTE - 23 Janvier 1738 - Archives départementales des Côtes d'Armor

Acte de Baptême de François QUERSANTE – 23 Janvier 1738 – Archives départementales des Côtes d’Armor

Le Patrimoine d’Eréac

 

Le village historique du Châtelier

CHAPELLE SAINT-ANNE-ET-SAINT-JEAN-BAPTISTE-DU-CHÂTELIER Adresse : Le Châtelier, Eréac, France

CHAPELLE SAINT-ANNE-ET-SAINT-JEAN-BAPTISTE-DU-CHÂTELIER
Adresse : Le Châtelier, Eréac, France

Cette ancienne chapelle d’un château aujourd’hui disparu conserve plusieurs fenêtres et un bénitier datant du XVe siècle. La seigneurie dont dépend la chapelle appartient tout d’abord aux Montmorency, puis aux Bourbon-Condé au XVIIe siècle. Elle est reconstruite en 1775. Une foire datant du Moyen Âge, récemment transférée au bourg d’Éréac, avait lieu sur le site de la chapelle.

La chapelle et la fontaine des Rothouers

Le site de sRothouers - Eréac

Le site des Rothouers – Eréac

Rothouërs est particulièrement cher aux habitants d’Eréac et des alentours. Composé d’un centre religieux (chapelle) et d’un centre de loisirs (abri associatif, jeux de boules, sentiers), il est le lieu de nombreux rassemblements festifs.