Étiquettes

, , , , ,

22222222e0e00b95-4

Faut-il s’intéresser aux collatéraux ?

Au cours de mes visites sur différents groupes ou forums de généalogie, j’ai remarqué que les débutants se posaient la question de savoir s’il était important de s’intéresser aux collatéraux.

D’un point de vue purement personnel, je trouve qu’il est intéressant de les répertorier. Les frères et soeurs d’un de vos ascendants font partie de sa vie donc pourquoi ne pas les rechercher ? Pourquoi se limiter strictement à la lignée directe ?

Je pense que, quelque part, sans les noter, il manquerait une partie de l’histoire de nos ancêtres et parfois une partie non négligeable qui nous aiderait à mieux comprendre la vie d’autrefois. En effet, si une personne fait partie de vos ancêtres directs c’est qu’elle a déjà eu la chance de vivre suffisamment longtemps pour elle aussi avoir des enfants, mais est-ce le cas de ses frères et soeurs ? La mortalité infantile était, autrefois, un véritable fléau et la vie de la famille pouvait alors être bien différente de celles qui avaient la chance d’avoir plusieurs de leurs enfants en vie.

Cela peut aussi permettre de faire ressortir des similitudes sur lesquelles on pourrait « mener notre enquête ». Si je prends mon cas personnel, il est intéressant de noter que mon arrière-grand mère paternelle ainsi que ses 3 frères sont tous décédés jeunes (entre 40 et 50 ans et hors faits de guerre) tout comme leur mère décédée en asile psychiatrique. Si elle a été internée pour une forme de Schyzophrénie, il reste curieux de constater qu’elle est décédée d’une pathologie n’ayant rien à voir avec la psychiatrie (entérite). Je trouve également bon de noter les enfants morts-nés dans un arbre lorsqu’il y en a. L’histoire d’une famille surtout au cours de siècles passés n’était pas celle d’une famille d’aujourd’hui qui a beaucoup de chances de voir ses enfants vivre jusqu’à 80 ans !

Si l’on aime bien savoir que notre grand-mère avait 3 frères et 2 soeurs, pourquoi ne pas chercher à en faire autant sur notre sosa 132 ?

A mon avis, faire sa généalogie est le fait de chercher à retracer la vie de ses ancêtres et ne pas se limiter à une énumération de nos ancêtres directs dont on ne connaîtrait qu’une date de naissance et une date de décès.

En dehors de ce point de vue tout à fait personnel, si l’on base sur un aspect purement généalogique, les personnes travaillant depuis longtemps sur la recherche de leurs ancêtres vous le diront, les collatéraux sont souvent les personnes qui vous permettront d’éliminer un blocage. En effet, il arrive fréquemment que dans les actes principaux de ces collatéraux vous trouviez l’information qu’il vous manquait et que vous recherchiez depuis longtemps (un nom, une date, un lieu…). Grâce à cette toute petite information vous pouvez remonter une, deux, trois générations supplémentaires, voire même plus selon les périodes !

Quelle importance accordée aux témoins ?

Si dans la majorité des cas les témoins cités dans les actes ne vous permettront, au mieux, que de retrouver un oncle, un beau-frère ou une soeur, ils peuvent parfois vous permettre de solutionner des énigmes. Parfois, ce sera un simple voisin, ou une personne sans lien familial, rencontrée devant la mairie mais pas toujours !

J’ai vu le cas d’une personne qui avait dans sa famille une femme née de père inconnue tout comme ses frères et soeurs. On se dit qu’à priori nous voilà bloqués sur une branche. En fait, en s’intéressant de plus près à tous les actes de ses enfants, il en ressortait une chose frappante, un témoin, un homme, était toujours présent, parfois, il était même le déclarant des naissances et décès des enfants. En cherchant d’un peu plus près cet homme était marié à une autre femme. Bien sûr vous allez me dire que rien ne justifie qu’il pouvait être un mari infidèle et le père de ces enfants mais je pense que l’on peut tout de même se poser la question ! A l’époque vous ne divorciez pas pour finir votre vie avec votre maîtresse, et encore moins reconnaître les enfants d’une femme qui n’était pas légitimement la vôtre.

Et si on le souhaite, pourquoi ne pas faire la généalogie de cet homme en précisant, en notes, que suite aux renseignements trouvés dans les actes, il se pourrait que cet homme soit le père.

La généalogie a cela de passionnant que chaque document, chaque acte trouvé peut vous apporter une surprise bonne, surprenante, mauvaise, peu importante, mais aucun petit détail ne doit être oublié.

Nous oublions tous ces petits détails à un moment donné. Alors lorsque vous êtes bloqués, commencez par relire tous les actes en votre possession, intéressez-vous aux collatéraux, aux témoins et vous aurez peut-être la solution sous les yeux alors que vous la cherchiez depuis des années.

Bonnes recherches généalogiques à tous,

Pour les débutants, bienvenue dans cette aventure attachante et passionnante voire « dévorante » qu’est la généalogie.