Étiquettes

, , , , ,

Débuter sa généalogie

Livres d'archives

Livres d’archives

Bonjour,

Vous vous êtes levés ce matin avec l’envie de faire votre généalogie ? Autant vous prévenir à l’avance, vous risquez d’attraper le virus de la « Généalogite aigue » : aucun traitement, aucun vaccin, aucun protocole thérapeutique, lorsqu’on l’attrape c’est à vie.

Les symptômes sont très facilement identifiables, une envie de toujours découvrir plus d’informations sur ses aïeux, on passe des heures aux archives (sur place ou sur internet), on cherche à se documenter par tous les moyens, on parcourt les cimetières (non, non ce n’est pas glauque ! mais un bon moyen de trouver des renseignements ou d’en apprendre un peu plus sur nos ancêtres) et dès que l’on croise une personne âgée dans le village où habitaient  nos grands-parents ou arrière grands-parents, nous sommes pris d’une envie irrépressible de leur poser des questions, certains se plaisent même à visiter les maisons de retraite !

Etrange diront certains, inutile diront d’autres, mais surtout intéressant et enrichissant vous diront les généalogistes.

Si malgré cette description, vous souhaitez toujours vous lancer, alors voici quelques conseils.

Votre décision est prise vous débutez votre généalogie

Pour débuter, vous aurez besoin de renseignements incontournables : dates et lieux de naissances, mariages et décès de vos parents et grands-parents. Procurez-vous les actes correspondants, ils pourront vous aider dans vos recherches en vous confirmant des noms, prénoms, lieux, adresses…. Je pensais que les actes des personnes contemporaines ne m’apporteraient rien, je me disais que je connaissais suffisamment bien la vie de mes parents et grands-parents or ces actes m’ont permis des découvertes, ne les négligez pas ! On ne connait jamais assez bien la vie des gens, même des plus proches.

Ne négligez pas non plus les collatéraux (frères et soeurs), ils vous permettront peut-être de débloquer une branche, grâce à un nom, un lieu ou une date mentionnés dans l’un des leurs actes.

Si vous avez la chance d’avoir une famille qui a conservé des documents originaux (photos, courriers, livrets de famille, pièces d’identité, livrets militaires) alors vous êtes en possession d’un véritable trésor et surtout vous avancerez plus vite. Les seuls documents que je possède sont ceux trouvés dans les archives, comme j’aurai aimé avoir des photos, des témoignages de leur vie notamment par l’intermédiaire de cartes ou de courriers !

Les archives départementales en ligne ont, pour la grande majorité, numérisé leurs archives jusqu’au début du XXème siècle cela vous permettra d’avancer plus rapidement. Selon les archives en ligne, vous pourrez y trouver divers renseignements comme les actes d’état civil, registres paroissiaux, registres matricules, cadastre, presse…

Au fur et mesure de vos recherches, vous pourrez trouver divers renseignements sur des sites ou en vous rendant aux archives départementales (beaucoup de documents ne sont pas numérisés). Vous trouverez également certains liens de sites incontournables sur la page « Sites de généalogie ».

Plus vous avancerez dans vos recherches et plus vous connaîtrez de sites à consulter. N’hésitez pas surtout à vous inscrire dans des groupes, forums ou associations, vous y trouverez entraide, conseils informations toujours utiles notamment lorsque l’on se trouve face à une situation particulière, où lorsque l’on est bloqué sur une branche.

Quel coût, logiciel ou pas ?

Il est vrai qu’il y a encore quelques années, avant l’apparition d’internet, faire sa généalogie pouvait représenter un coût important, notamment à cause des déplacements aux archives départementales voire éventuels frais d’hébergement sur place. Il est maintenant possible de débuter sa généalogie à moindre coût. Vous n’aurez besoin que de papiers, crayons, feutres ou surligneurs, enveloppes et timbres. L’achat d’un logiciel n’est pas indispensable. Toutefois, il est vrai que cela facilite le travail (classement et archivages des photos, documents, sources, possibilité d’éditer vos arbres ou certains documents comme des fiches généalogiques ou exporter ou importer des fichiers GEDCOM), mais il est tout à fait possible de créer gratuitement son arbre sur un site tel que Généanet. L’avantage supplémentaire d’un logiciel est qu’il vous permettra de travailler sans connexion internet ce qui est bien pratique lorsque l’on est aux archives ! Un conseil, vérifiez toujours les données que vous pourrez trouver sur des sites comme généanet, il arrive que l’on trouve des erreurs.

Il existe de très nombreux logiciels de généalogie gratuits ou payants, personnellement j’ai choisi de travailler sur l’un des deux grands logiciels payants pour les avantages cités précédemment, mais cela n’est pas obligatoire. De plus, on peut tout à fait s’en procurer un plus tard puisqu’il est possible d’exporter ses données généanet au fichier GEDCOM vers un logiciel.

Toutefois, si vous optez pour l’achat d’un logiciel,  je vous conseille d’essayer les versions de démonstration. Elles sont limitées quant aux nombres d’individus à insérer mais elles vous permettront de juger de celui qui vous convient le mieux. Par ailleurs, éviter l’achat de logiciels limités quant aux nombre d’individus (les 500 individus sont très vite atteints).

Organisation et Méthode

L’organisation et la méthode s’imposeront très vite à vous. Chacun est libre d’organiser ses recherches comme il l’entend : classement alphabétique, par sosas, par date de naissances, conservation sur ordinateur ou clé USB, sur papier ou les deux.

J’ai choisi la double méthode papier et informatique. Le papier car j’aime voir les documents et cela me facilite parfois la tâche pour les recherches et informatique avec sauvegardes sur clés (on ne sait jamais  ) et cloud pour l’insertion dans les logiciels ou envoi de documents.

Pour le classement, choisissez la méthode qui vous convient le mieux, j’ai opté par un classement par couple de sosas avec leur enfants, le tout classé dans deux classeurs (un pour ma branche paternelle et un pour ma branche maternelle). Chaque individu est classé dans des pochettes plastiques avec une fiche récapitulative au début et derrière tous les documents trouvés. J’ai également mon répertoire sur lequel je note chaque individu avec l’emplacement pour les retrouver.

Voilà, vous avez maintenant les conseils de base pour débuter. Je suis certaine que la recherche de vos aïeux vous apportera beaucoup de bonheur.

Qu’ils aient été seigneurs, nobles, agriculteurs, bagnards, bandits, malades apprenez à les respecter et à les aimer.

Généalogiquement vôtre,